Des congés supplémentaires pour cultiver le potager au Sri Lanka

La mesure aurait pu être perçue comme une bonne nouvelle si elle n’était pas étroitement liée à un contexte humanitaire délicat.

Le Sri Lanka est actuellement confronté à une forte crise économique. Face au manque de carburant et aux risques de famines, le gouvernement a décidé d’agir en catastrophe, en accordant à tous les fonctionnaires du secteur public des jours de congés supplémentaires, pour leur permettre de passer davantage de temps au jardin.

Des semaines de 4 jours offertes aux fonctionnaires  

La décision a été approuvée le mois dernier par le cabinet ministériel. Depuis le mois dernier, presque tous les fonctionnaires du service public ont désormais la possibilité de passer à la semaine de 4 jours. Le gouvernement a aussi pour objectif de fournir le matériel nécessaire à ses habitants dans les plus brefs délais afin qu’ils puissent lancer leurs activités agricoles au plus vite. Aucune réduction de salaire n’est à l’ordre du jour. Le gouvernement montre l’exemple, avec l’espoir que le secteur privé suive son initiative.

La mesure s’applique partout sur le territoire, sauf dans certains départements et secteurs, ou l’activité à temps plein est toujours jugée essentielle. Cela représente près d’1,5 million de personnes, potentiellement destinées à devenir des producteurs locaux à moyen terme. Le gouvernement espère aussi que cette mesure aura un impact sur la consommation de carburant dans le pays. L’objectif est aussi de limiter les déplacements en favorisant une agriculture locale et décarbonée.

D’autres mesures sont prises en urgence pour sauver l’économie

Dans le secteur public, les employés ont également depuis peu l’autorisation de prendre un congé sans solde d’une durée maximale de 5 ans dans l’objectif de partir trouver du travail à l’étranger. La mesure peut surprendre, mais le Sri Lanka manque en réalité cruellement de devises étrangères. Le pays compte beaucoup sur les envois de fonds de ses expatriés, et a même abaissé l’âge minimum légal pour qu’une femme puisse travailler à l’étranger.

Le Sri Lanka est en défaut de paiement depuis le mois d’avril

Pénuries de nourriture, d’énergie, de médicament… la crise économique qui s’abat aujourd’hui sur le pays est subie de plein fouet par la population. Le Sri Lanka a très mal vécu l’arrivée du Covid, qui est venu le couper de ses principales sources de devises étrangères. Ne pouvant plus s’appuyer sur les transferts de fonds personnels et le tourisme, le pays s’est officiellement retrouvé en défaut de paiement sur sa dette extérieure en avril 2022, et connait depuis une descente aux enfers. L’inflation record contraint le gouvernement a mettre en place des mesures exceptionnelles dans tous les secteurs.

Face à la famine, des chaines de solidarité s’organisent grâce à des ONG locales, qui planifient la distribution des biens de première nécessité. Les files d’attentes devant les supermarchés et les stations d’essence n’en sont pour autant pas moins longues, et un vaste plan d’aide a été lancé par les nations unies pour soutenir le pays face à la crise humanitaire.